AngeZanetti.com

Internet et ses usages, développement Web et humeurs diverses

Search results: "javascript" (page 1 of 3)

Le Javascript, ce langage merveilleux :)

Je me suis mis à coder du Javascript il y a un an. Et depuis, à intervalles régulières, je me fais chambrer par des développeurs. Le javascript, malgré les trucs super qu’il est capable de faire traîne une vieille réputation de langage “poubelle”.

Alors bien sur, à chaque fois, je parle de WebGL, de NodeJS et des possibilités que ça engendre. Mais bon il y a des limites, et c’est vrai que le JS garde certains stigmates d’une jeunesse difficile.

Regardez cette courte vidéo vous comprendrez de quoi je parle :)

Merci @ploum pour le lien :)

UPDATE : Toutes les explications à ces WAT stuff sont dispos sur Stackoverflow http://stackoverflow.com/

Connaissez vous Cryptocat, le chat anti-PRISM?

Sur Github on trouve vraiment des petites merveilles, le dernier projet vraiment sympa que j’ai découvert s’appelle Crypto.cat. En deux mots cryptocat c’est du chat de groupe un peu comme IRC mais qui crypte les conversations afin de rendre vos correspondances vraiment privées.

cryptocat

Rien de vraiment nouveau, ce type de techno existe depuis des années avec PGP ou OTR mais ce qui est cool chez cryptocat c’est la volonté de se mettre au niveau du chat de Facebook en terme d’ergonomie et de facilité d’usage. Le constat est simple, depuis PRISM il est sans appel, les sociétés américaines qui hébergent nos données ne se privent pas pour regarder au passage vos conversations, vos mails, et revendre vos données.

Le but de Crypto.cat est clairement de draguer les utilisateurs de Gtalk, du chat Facebook ou autre MSN, et de les amener vers une techno qui préserve la confidentialité des échanges sans pour autant devoir se taper de la configuration, des clés de chiffrage asymétriques ou autre machin de nerds.

Et je dois dire que le pari est vraiment réussi, il suffit d’installer une extension sur son navigateur, de cliquer sur l’icône et de rentrer son pseudo et de le nom du salon de chat que l’on veut rejoindre. Tout le reste se fait tout seul, et l’ergonomie est franchement bien pensé, même le design est cool !

D’un point de vue technique c’est tout aussi intéressant, c’est une implémentation du protocole OTR – Off the record – 100% en Javascript ! Un vrai défi technique de faire de la crypto avec un langage aussi “flou”.

Comme tout projet crypto un peu sérieux c’est opensource, allez jeter un oeil sur le site , téléchargez l’extension et rejoignez nous sur la conversation Mutualab !

NB : Attention toutefois cryptocat ne masque pas votre identité, ni votre IP et c’est toujours une application en phase bétâ :)

Pourquoi vous devriez utiliser WebGL

Depuis que je travaille comme consultant et développeur dans le monde de la 3D je suis confronté à des débats sur les technos. Cela à commencé avec SecondLife, Opensim puis Unity3d, WebGL, Flash etc …
Avec des arguments plus ou moins bien choisi, mais il y a toujours cette problématique du choix de technos. Je vais essayer de vous convaincre, dans ce billet, de tester WebGL.
WebGL logo

WebG quoi ?

WebGL est une implementation d’OpenGL en javascript qui permet d’afficher de la 3d dans les navigateurs sans plugins.
C’est en fait une API qui permet au Web de “parler” à votre carte graphique et d’afficher de la 3D.
Les navigateurs qui supportent cette techno sont:
  • Chrome (desktop & mobile)
  • Firefox (desktop & mobile)
  • Safari ( sauf sur iOS)
  • Opéra (sauf iOS)
  • Blackberry browser

A noter qu’internet explorer 11 devrait supporter WebGL, c’est du moins les rumeurs qui courent sur Twitter. Autrement dit, à part iOS qui fait le blocus, vous pouvez afficher du WebGL à peu près partout pour peu que vous ayez un  ordinateur potable, avec un navigateur mis à jour ou une tablette Android.

Si on en crois le site webglstats, à l’heure actuelle près de 70% des internautes peuvent afficher du WebGL.

Comment ça marche ?

WebGL s’affiche à l’intérieur de la nouvelle balise HTML5 appelée canvas, une fois cette balise créée il suffit de lui attribuer du le contexte qui va bien

var gl = canvas.getContext('experimental-webgl');

Et, hop vous avez un carré de WebGL, le reste c’est du javascript et des shaders.

Il y a également de nombreux frameworks pour faciliter le travail, mon préféré étant Three.js.

 

Si c’est si facile pourquoi c’est aussi peu utilisé ?

Aah, la fameuse question ! Premièrement c’est utilisé un peu partout sans forcement le savoir, WebGL est utilisé par Google Street View par exemple. dans de plus en plus d’application de prévisualisation 3D, github vient d’annoncer un “STL file viewing” supporté par du WebGL, sans oublier CouldParty, clone de SecondLife entièrement en WebGL et intégré à Facebook.

Ensuite, il faut le dire, les dernières années ont été des années de développement. WebGL n’était pas forcement stable, à fait face à des soucis de sécurité assez important et les performances n’étaient pas non plus au rendez vous.

Mais les choses changent vite, l’API est passé en version 1.0 il y a quelques semaines et, pour ce qui est des performances, Mozilla à sorti la semaine dernière un portage du moteur de jeu unreal Tournament dans le navigateur en WebGl, qui contredit vraiment les critiques sur la performance de la techno !

Quels sont les concurents ?

Unity3D

C’est à mon avis le concurrent le plus sérieux, Unity est un logiciel propriétaire dédié à la création de jeux vidéos. Les jeux crées sont exportablent vers consoles, mobiles, ou vers le web via un plugin.

L’outil est vraiment efficace et permet de créer facilement des scènes 3D de jeu. Si le web n’est pas votre cible principale ou si vous voulez des jeux extrêmement complexes, foncez c’est la techno qu’il vous faut!

Flash Stage 3D

Si je voulais troller un peu je dirais que Flash n’est pas vraiment une techno d’avenir et que ça devrait suffire pour vous convaincre !

Pour être un peu plus objectif, Stage 3d n’a pas l’air vraiment documenté, demande l’installation de Flash – même si c’est standard sur la plupart des plateformes – et ne tourne pas sur mobile. Vous pouvez toujours compiler votre code en appli native, mais on sort du champs d’application de WebGL, tout comme les applis natives générées par Unity.

Silverlight 3D

C’était une idée de Microsoft, même si la firme n’a pas apporté beaucop de soutient à Silverlight et encore moins à Silverlight 3D. Honnêtement, je ne vois pas d’avenir pour cette techno, en tout cas rien qui justifie une investissement conséquent.

 Qui m’aime me suive !

Pour moi tout est réuni pour que l’on assiste dans les prochains mois à une effervescence de projets WebGL. Cette techno, encore confidentielle est entrain d’émerger, et l’implémentation sur IE11 devrait aider encore plus son essor.

Je vois de plus en plus de projets qui sortent, Sketchfab est un bon exemple de projet WebgL qui marche. Alors pas forcement sur des jeux complexes, sur des mondes virtuels mais dans un premier temps pour tout ce qui est data-visualisation, démos produits, visite virtuelle, je crois vraiment que le WebGL à sa carte à jouer.

C’est d’ailleurs pour cette raison que je me replonge, tête la première, et avec plaisir dans cette techno. Vous venez ?

Realxtend lance Meshmoon

 

Cela fait des années que je suis de près le projet Realxtend. Ils ont toujours eu un positionnement orienté entreprise, ils ont depuis longtemps abandonné beaucoup de ce que je reproche à Second Life ou OpenSim, et je ne parle pas QUE du LSL :) !

Mais ces choix technologiques ont eu des conséquences assez terribles : ils se sont dissociés de la communauté OpenSim, ils se sont d’abord orientés sur une techno 100% windows et la prise en main de leur solution 3D est un peu plus hardue que celle d’une sim classique.

Seulement voilà, la simplicité se paye. Et je le vois bien avec le projet Dentallife, en développant des jeux de plus en plus complexes et des interactions avec un serveur externe on arrive très vite aux limitations intrinsèque à la techno : les requêtes sont retardées voire perdues, le lag s’ajoute aux délais imposés et le traitement de l’information est une vraie plaie.

C’est pourquoi je continue de creuser pour trouver LA solution : un environnement modulable aussi facilement que SecondLife, avec des outils de constructions et de programmation interne mais qui soit capable de produire quelque chose une gamme au dessus que ce que propose SL ou OS. Il se pourrait bien que Realxtend soit un bon candidat, surtout depuis la sortie de MeshMoon.

Meshmoon et Tundra

Meshmoon est la nouvelle offre commerciale de AdminoTech, la société qui édite realxtend. Comme je le disais plus haut les choix technos imposent des connaissances et des  ressources au dessus de ce que demande une installation d’OpenSim. Et pour couronner le tout la documentation n’est pas vraiment optimum. De quoi décourager le plus motivé des utilisateurs à installer et tester la techno.

MeshMoon propose une offre qui permet de profiter d’un hébergement de son serveur et de la gestion de ses assets sans ce soucier du coté technique. Les prix ne sont pas excessifs et cela permet de profiter des performances de Tundra – le client de Realxtend – confortablement. Le tout est en plus supporté par du cloud d’amazon, et donc, relativement souple en terme de gestion de traffic et de fluctuation de charge serveur.

Pour tout ceux qui, comme moi, sont habitués à une techno basé sur des sims vous verrez que RealXtend change pas mal de choses, et plutôt dans le bon sens ! Le moteur 3D est basé sur Ogre, les scripts sont en Javascript et les objets – des meshs bien sur! –  s’importent dans le monde directement depuis un drag & drop !

De quoi convaincre beaucoup des frustrés d’OpenSim et/ou de SecondLife !

WebNaali

Cerise sur le gâteau, WebNaali, est un client Realxtend 100% WebGL qui permet d’accéder aux mondes depuis un navigateur internet. C’est encore une version alpha mais ça marche pas trop mal.

Le tout est bien sur opensource et disponible sur GitHub.

Si vous ne connaissez pas encore RealXtend ou si vous n’y avez plus jeté un oeil depuis longtemps je vous encourage à visiter meshmoon.com ou à rejoindre le canal IRC #realxtend sur freenode

Les news de la rentrée

Mon blog est en sommeil depuis plusieurs mois. Je le sais, ce n’est pas une volonté de ma part mais plus un manque de temps. Dur de tenir le rythme d’article que je m’étais imposé depuis son lancement. J’ai été pas mal occupé durant l’été, pas mal de changement et des projets en cours !

3 mois de changements à rattraper en un post cela ne va pas être facile, je vais essayer de faire court :

 

Changement de statut juridique

C’est probablement le plus gros changement de la rentrée. Après presque 4 ans de bon et loyaux services j’ai décidé de mettre fin à mon auto-entreprise. Je n’ai jamais été vraiment à l’aise avec ce statut pour être franc. Si, au départ, à la signature. C’était simple et rapide. Ensuite on se rend compte que créer une entreprise même “auto” ça n’a rien de simple, que ça demande de l’implication et du temps… D’autant plus que j’étais un des premiers auto-entrepreneurs et que , du coup, j’ai un peu essuyé les plâtres de leur statut révolutionnaire !
De toute façon, depuis quelque mois je m’y sentais franchement à l’étroit. Que ce soit pour l’impossibilité de sous traiter ou la dispense de T.V.A. Le fait est que mon activité à beaucoup  évoluée depuis que je bosse depuis le @CoworkingLille. J’y ai tissé un réseau qui me demande souvent de travailler en équipe, de sous traiter justement. La plupart de mes projets web demande de collaborer avec une ou plusieurs personnes et à chaque fois je retombe sur le même problème : celui d’être chargé sur mon chiffre d’affaire…Et, on a beau dire, ce statut ne fais pas très sérieux. Encore moins quand on va vendre, et ce fut mon cas, des solutions à des très grosses entreprises !

Je réfléchissais à ce changement depuis au moins un an sans trop savoir quoi choisir, sans vraiment me décider.

Finalement j’ai opté pour le statut d’entrepreneur salarié proposé par Grands Ensemble. C’est un statut qui ressemble à celui du portage salarial, sauf que GE est une coopérative, donc il y a du social, de l’accompagnement et beaucoup de réseau local potentiel. Ce nouveau régime m’a séduit pour plusieurs raisons :

  • Le statut de salarié. Je n’ai jamais vraiment voulu être salarié, en CDI, ça ne me correspond pas vraiment. J’aime la liberté qu’apporte le statut de freelance mais il faut reconnaître que du coté prestations sociales et retraite ce n’est pas vraiment ça. A moins de payer des assurances/contrats prévoyance très chères la couverture médicale et les prestations retraites sont à des années lumières de celle d’un salarié. Quand on est jeune tout va bien, mais quand on chope un problème de santé ça fait un peu réfléchir…
  • Le suivi. Tout les mois j’ai rendez vous avec un comptable qui me fait le bilan de mon activité et me propose des directions pour améliorer la gestion de l’entreprise. Au sein de la coopérative je cotise aussi au droit à la formation (DIF), et ce n’est pas négligeable surtout dans un monde comme celui du Web qui bouge tout le temps. Où il faut bien souvent choisir entre faire de la veille, se former ou travailler pour facturer.
  • Enfin, dernier point, plus personnel, GE est dans une dynamique qui converge avec celle du coworking et celle d’un projet dont je vous parlerais plus bas. Cela m’a convaincu à franchir le pas.

Lancement de Maintenant Au Travail !

MAT!  est un projet qui tourne dans la tête de quelques coworkers depuis longtemps. C’est une idée qui part d’un constat simple : les coworkers, presque tous freelance, ont toujours des trous dans leurs emplois du temps. Ce temps disponible est inhérente à  leurs activités mais c’est plus une contrainte qu’un choix. Tous sont experts dans leur domaine, suffisamment pour en vivre par eux mêmes, mais ils sont confrontés aux mêmes problèmes que tous les freelances, ils ne sont pas forcement perçus comme fiable pour de gros jobs et son bien souvent trop “petit” pour assumer les gros projets. Du coup ils naviguent plus ou moins à vue de petits projets en petits projets.

L’idée est donc simple : monter une structure d’accompagnement de projet la plus légère possible pour pouvoir aller chercher des projets sur la durée et les faire réaliser par les freelances pendant les “trous” de leur emploi du temps.

Ainsi on garde un tarif équivalent à celui d’un free et on rajoute de la gestion de projet, une vraie prestation commerciale, une relation client suivie et toute l’assurance que peut amener une “vraie” entreprise. Du côté du coworker c’est tout bénef’, il comble son emploi du temps avec des tâches clés en main et payées suivant un tarif commun.

Le client, lui, est aussi gagnant car il gagne clairement en flexibilité. Il peut décider à tout moment de ne pas refaire son logo mais de plutôt traduire son site web en Japonais par exemple. Il suffit d’enlever @curlybushman du projet et de le remplacer par Makiko par exemple. M.A.T! se base sur de la gestion de projet agile donc ça ne pose pas de soucis, il suffit juste de changer deux trois post-it sur  le kanban! Et à plus de 70 coworkers inscrit à @CoworkingLille il y a un nombre presque infini de combinaisons !

Ce projet est porté par @Manuduv et me tiens vraiment à coeur. J’ai vraiment l’impression que cette forme d’organisation peut permettre de faire du business dans une VRAIE démarche gagnant-gagnant, sans bullshit.

Tout ça mériterait bien plus que ce simple paragraphe mais, ne vous inquiétez pas, je vous en reparlerai au fil des projets et, notamment, au moment de la mise en place du workflow.

Le site de MAT! devrait sortir sous peu, en attendant il y a un compte twitter : @NousSommesMAT

 

Deux projets qui devraient sortir bientôt

Le premier vous le connaissez déjà, il s’agit de Dentallife. J’avais mis en place avec @bill_walach la version 1 il y a quelques mois. Et bien la V2 est sur les rails avec un outil de création de scénario en langage naturel crée par l’ami @WoldenAvro. Moi je m’occupe de toute la partie code LSL et ce n’est pas de tout repos.Quand on a connu des langages plus évolués comme Javascript ou PHP  c’est vraiment dur de ce remettre à coder dans un carcan aussi petit que du LSL. Ceci dit je prends beaucoup de plaisir à bosser pour ce projet qui me plaît :)

Le deuxième, je ne crois pas vous en avoir parlé encore. Il s’agit d’un projet web, un outil métier par excellence avec de l’appli tablette en HTML5, un backoffice plein d’ajax et autres qui m’occupe depuis pas loin d’un an. C’est d’ailleurs ce projet qui m’a mis au PHP de manière sérieuse. Il devrait sortir sous peu – si tout va bien. Je ferais un article pour le présenter un peu plus en détail !

Donc grosse rentrée pour moi, pleine de projets de nouvelles technos à tester et toujours plus de collaboratif.

Onward !

 

CloudParty, un SecondLife-like dans le navigateur – mais avec Facebook

Alors que Second Life est dans un pente descendante depuis plusieurs mois un ancien Linden vient de sortir une application Facebook qui risque bien d’accélérer sa chute.

Cloud Party, c’est le nom de la fameuse appli à été créee par Cory Ondrejka (co-fondateur de Second Life) et Bruce Rogers l’ancien CTO de Cryptic Studio. Honnêtement j’y suis allé sans vraiment m’attendre à trouver le Saint Graal. D’autant plus que je devais me logger via Facebook…

J’avais tord. Vraiment tord.

CloudParty est tout simplement ce que toute la communauté SL attends depuis des mois, voire des années. Pour la première fois on un monde 3D temps réel éditable par tous, en UGC, directement dans le navigateur. L’image ci dessous fait d’ailleurs penser aux débuts de SecondLife non ?

L’interface est super épurée mais néanmoins efficace, on peut builder, chatter, se TP, naviguer dans le monde sans problèmes. Autre point important ça ne lag pas trop, pour du WebGL c’est même clairement hallucinant. Le code doit être vraiment propre !

En fait, en se connectant on à l’impression d’un copie de SecondLife, mais pas finie, juste la couche graphique. En fait, en creusant un peu, on retrouve beaucoup de choses. Les objets sont modifiables avec des menus qui ressemblent à ceux du build SL, on peut uploader des mesh, gérer les propriétés physiques des objets etc…

Le moteur de script est lui aussi en place, basé sur du Javascript (bye bye LSL o/ ). des minis jeux sont d’ailleurs déjà dispo comme un mini golf ou des puzzle ! Des AO devrait arriver sous peu !

Ah oui j’oubliais, CloudParty est en betâ !!!! Les fonctionnalités sont là, presques toutes, il reste la VoIP – qui n’est pas supportée par WebGL – et le système monétaire. Tout le reste y est. Tous les ingrédients sont disponible dans CloudParty pour créer le nouveau SecondLife. D’autant que la liaison forte avec Facebook risque bien de rendre le tout bien viral et de franchir le pas que SL n’a jamais réussi à franchir !

J’attends avec impatience les tarifs de location de terrain pour pouvoir commencer à faire de la réunion, de la formation, du seriousgame sur ce nouvel outil !

Pour se connecter :

its.cloudpartytime.com

ou https://www.facebook.com/CloudParty

A tester d’urgence !

Utiliser Vim comme éditeur LSL

 

LSL avec Vim

Depuis quelques jours je suis de retour sur SecondLife le nez dans le code de la V2 de Dentallife. Pas mal d’eau a coulé sous les ponts depuis la conception et la réalisation de la V1, je me suis mis au Javascript et à la programmation orientée objet.

Je vous laisse imaginer à quel point le retour au LSL est dur ! La pauvreté de ce langage est affligeante, sans parler du lag quand on veut échanger des infos avec un serveur externe.

Mais le pire de tout, la cerise sur le gâteau, c’est l’IDE intégré. Sur la nouvelle version du client SL, l’éditeur de code est tout bonnement une horreur. Le curseur se met entre deux caractères, il n’y a pas d’auto-completion, et les raccourcis claviers sont quasi inexistants ! Impossible de bosser vite et bien avec ce genre d’outil !

Depuis à peu près 6 mois je code avec Vim, c’est un éditeur carrément génial et beaucoup plus rapide que la plupart des éditeurs du commerce. Expliquer pourquoi prendrai un billet entier – qui est dans les cartons d’ailleurs. J’ai donc cherché un peu partout sur le web une intégration du LSL à Vim. Comme souvent avec Vim j’ai trouvé plusieurs solutions.

Celle que j’ai choisi à été trouvée sur Elmindreda et permet la coloration syntaxique du LSL. Il suffit de glisser le fichier lsl.vim dans votre repertoire .vim/syntax/ et tous vos fichiers en .lsl auront de jolies couleurs. Vous pouvez ainsi profiter de toute la puissance de Vim en codant du LSL, ce n’est pas la panacée mais ça aide !

PS : Vous trouverez les quelques scripts vim qui me sont devenus indispensables sur mon github

AngeZanetti developpeur Web Lille PHP CSS3 HTML5 Javascript

Dans les pages de ce site vous trouverez des informations sur les projets que je monte, sur mes compétences et vous trouverez surtout plusieurs centaines d’articles que je publie depuis 5 ans. Ces articles sont le reflet de ma veille et de mon expertise professionnelle.

Les thèmes abordés ici sont : les mondes virtuels,  les environnements immersifs, les seriousgame qui historiquement constituaient  le gros de mon activité, mais aussi beaucoup d’article sur le développement Web et ma vie de Freelance, d’entrepreneur.

Le blog angezanetti.com me permet de partager ma veille sur les sujets cités plus haut, c’est donc avant tout un espace de partage. N’hésitez pas à me contacter via la page contact  à venir me rencontrer au Coworking de Lille ou à jeter un oeil sur mes références !

Dernière remarque, le contenu de ce blog est publié sous Licence creative commons, vous êtes donc invités à partager les articles, à les copier la seule contrainte est d’indiquer leur source.

Bonne lecture !

Bonne et heureuse année 2012 !

Comme le veut la tradition je tenais à vous souhaiter une bonne et heureuse année 2012.

J’espère bien que cette année tiendra ces promesses – du moins celle que l’on peut lire depuis 5 jours sur les blogs !

Happy New Year!

Je ne vais pas rajouter une couche de prédictions, de nombreux bloggeurs s’y sont mis avant moi. Par contre, je vais profiter de ce billet pour faire le bilan.

Le doute:

Cela fait maintenant pas loin de 4 ans que je suis auto-entrepreneur et que je me suis lancé comme “freelance” à l’assaut des mondes virtuels !

2011 était pour moi un peu une année charnière, honnêtement mon activité 2010 n’a pas été au plus fort et je ne crois pas que j’aurai supporté une année 2011 sur le même rythme – aussi bien financièrement que moralement d’ailleurs…

Le coworking à la rescousse :

Heureusement pour moi, 2011 fut assez bien rempli. Premièrement, et ça à vraiment donné un coup de pouce à mon année, j’en suis persuadé, CoworkingLille à ouvert ses portes. J’attendais la création de cet espace avec impatience et je me suis inscrit dans les premiers – aux alentours du mois de mars il me semble. Depuis je suis accro au coworking, au point d’en être devenu co-gérant en Juillet.
Le coworking m’a apporté pas mal de choses, du contact social déjà, du réseau professionnel local, et surtout une palette de compétences diverses dans laquelle on peut piocher, que l’on peut absorber vraiment facilement le tout dans la joie et la bonne humeur ! J’y ai appris la programmation orienté objet, des bases de typos, d’histoire de l’art, à travailler en mode agile, en mode sprint, mieux comprendre le SEO etc etc..

Ces derniers mois ont été bien plus riche que l’année 2010 toute entière !

La fin – temporaire – du conseil:

2011 à aussi marqué la fin d’une grosse mission de conseil sur la création d’un seriousgame, j’ai travaillé avec Serge Soudoplatoff sur un projet NKM pendant 1 an et demi. Cela fut vraiment riche d’expérience et de rencontres, même si j’ai appris à faire avec l’inertie de ces énormes projets…Cela m’a permis de rassembler toutes mes connaissances techniques et des usages des différentes plateformes. Durant ce travail j’ai aussi pris conscience qu’il me manquait une dose de technique, de mettre les mains dans le cambouis. D’abord parce que ça me plaît, ensuite par ce que cela crédibilise vraiment le message que l’on veut faire passer durant ces missions de conseils, et aussi pour éviter de se faire bluffer par des devs !

La mission c’est finie fin Juin, j’ai donc abordé l’été avec un carnet de commandes vide dans une période traditionnellement creuse… Le tout dans un coworking rempli de freelances tournant au ralenti. L’occasion idéale pour mettre en route un “side project”, pour faire et apprendre des nouvelles choses que, normalement, notre todo-list nous empêche de commencer !

Le code et les sides projects:

J’en ai profité pour mettre en pratique les observations ci dessus. Avec @Guitool nous avons lancé l’idée de la création d’un outil pour le coworking, une boite qui permettrait de lancer des messages de services sur twitter. Le tout fait à partir d’Arduino et d’un serveur node.js. Je me suis donc attaqué à node.js, histoire de “pisser” du code et de me familiariser avec Javascript – le langage du moment qui fait tourner node.js donc mais aussi beaucoup d’interface utilisateurs dont WebGL. La description de la tweetbox – c’est son nom – est disponible sur le blog de coworkinglille, le code est opensource – GPL2 – et dispo sur Github.

Finalement l’été qui s’annonçait difficile fut très prolifique pour moi, j’ai appris à coder en Javascript – même si je ne suis pas encore un ninja -, je me suis vraiment penché sur WebGL et fait un tour rapide sur python et php.

La rentrée fut, comme souvent, hyper chargée. Ce qui est une bonne nouvelle ! Et mes efforts de l’été ont payés puisque sur les projets en cours tous comporte du JS, du WebGL et/ou du php.

2012:

2012 s’annonce remplie, avec des missions WebGL assurément, du node.js peut être et probablement du développement web – notamment de la mise en place de site WordPress.

Je vais essayer de tirer parti de l’expérience de l’été 2011 pour mettre en route des choses que je n’aurais pas le temps de faire durant l’année. Et cette année je me demande si me pencher sur l’administration d’OpenSim ne pourrait pas être une bonne idée.

A suivre !

Unity supportera HTML5

 

J’ai lu une news sur Gamasutra hier qui ‘ma fiat bondir de mon siège – ou presque. Unity technologies annonce qu’il supportera probablement HTML5 dès que cette technologie “sera prête pour le gaming”.

Le CEO, David Helgason explique que le moteur HTML5 est très bien pour faire de la datavisualisation par exemple mais que cette techno n’est pas encore mûre pour faire du jeu. D’après lui celui va changer avec le temps et Unity surveille de près ces changements pour pouvoir proposer une compatibilité rapidement.

Il faut dire que WebGL/HTML5 fonctionne sans plugin directement dans le navigateur. C’est, de l’avis de tous les acteurs pro des mondes virtuels et/ou du serious game, LA grosse marche à franchir avant une réelle propagation de ces technos.

Ceci étant dit, Unity est une techno propriétaire, payante, alors que HTML5 est un standard ouvert. Pour ceux d’entre nous qui savent coder autant créer directement du contenu en WebGL. D’autant que des frameworks comme Three.js ou Philo GL permette maintenant de créer des scènes webGL assez facilement –  sous réserve de coder en Javascript…

C’est d’ailleurs ce positionnement que j’ai choisi en me mettant à fond dans le JS depuis plusieurs mois. Vous devriez d’ailleurs voir bientôt du changement sur ce blog, une nouvelle version avec du HTML5 & du webGL est en préparation !!

« Older posts

© 2018 AngeZanetti.com

Theme by Anders NorenUp ↑