Aodd est une association de prothésistes dentaire de l’ouest et intrinsèquement ils sont confrontés à un probléme récurrent : ils ont besoin de collaborer à distance. En effet, les différents membres de cette association sont répartis dans le Grand Ouest. Impossible de faire toutes leurs réunions en présentiel.
Actuellement, ils utilisent la vidéo conférence, avant c’était la téléconférence. Mais on le sait, aucune de ses deux solutions n’est réellement pertinente à plus de 3-4 personnes et leurs retours confirment nettement cette affirmation. A deux ou trois interlocuteurs c’est jouable mais au delà, c’est un cauchemar contre productif.

C’est donc dans ce contexte qu’ils m’ont contacté, via l’intermédiaire de BUG. L’idée, vous devez vous en douter, est de mettre ces prothésistes dans un monde virtuel pour qu’ils puissent se réunir dans de meilleures conditions.

Pour des raisons plus « communautaires » que technique nous avons choisi SecondLife comme plateforme pour accueillir ce projet.
J’ai donc modéliser une salle de réunion, avec des écrans géants accrochés aux murs pour pouvoir projeter du contenu enrichi dans le monde 3D.


Grâce au viewer 2 de SecondLife, tout le web est accessible, on peut donc facilement partager à une dizaine de personne, et en live, de la vidéo, des slides, du texte etc …
Et avec des outils comme Procaster ou Etherpad il est même tout à fait possible et ergonomique de coécrire des rapports de réunion ou de partager des vidéos streamées.
Si on rajoute à cela les capacités propres de SecondLife, comme la VoIP, le chat privé ou public, la gestion de groupe et de permissions. On arrive à un outil vraiment efficace pour leur usage et pou un coût final qui n’est pas plus élévé qu’une solution de vidéoconférence type AdobeConnect, pour une qualité finale bien meilleure.

Hier je me suis donc rendu à Rennes pour présenter le projet aux intéressés et les aider dans leurs premiers pas sur SL.
Les retours sont plutôt positifs, tous ont bien compris l’intérêt de l’outil même si, et c’est normal, ils n’ont pas encore « bien en main » la manipulation de la caméra et de l’avatar.
C’est pour cette raison que je serait présent lors de leurs prochaines réunion, afin de continuer cet accompagnement et de les aider lors de leurs premiers pas. Car mettre en place un nouvel outil ne suffit pas, il faut derrière une vraie politique de formation des acteurs. Sous peine de voir les personnes continuer à utiliser leurs vieilles méthodes.

Ensuite, et cela va arriver assez vite, ils pourront se débrouiller seuls avec leur nouvel outil.

Encore merci à eux pour le penchant pour l’innovation  !

PS : Ce projet est hébergé par DentalLife, formant ainsi un pôle Dentaire français dans les mondes virtuels qui n’aura bientôt plus rien à envier aux américains !