AngeZanetti.com

Internet et ses usages, développement Web et humeurs diverses

Author: Xavier (page 3 of 41)

Connaissez vous Cryptocat, le chat anti-PRISM?

Sur Github on trouve vraiment des petites merveilles, le dernier projet vraiment sympa que j’ai découvert s’appelle Crypto.cat. En deux mots cryptocat c’est du chat de groupe un peu comme IRC mais qui crypte les conversations afin de rendre vos correspondances vraiment privées.

cryptocat

Rien de vraiment nouveau, ce type de techno existe depuis des années avec PGP ou OTR mais ce qui est cool chez cryptocat c’est la volonté de se mettre au niveau du chat de Facebook en terme d’ergonomie et de facilité d’usage. Le constat est simple, depuis PRISM il est sans appel, les sociétés américaines qui hébergent nos données ne se privent pas pour regarder au passage vos conversations, vos mails, et revendre vos données.

Le but de Crypto.cat est clairement de draguer les utilisateurs de Gtalk, du chat Facebook ou autre MSN, et de les amener vers une techno qui préserve la confidentialité des échanges sans pour autant devoir se taper de la configuration, des clés de chiffrage asymétriques ou autre machin de nerds.

Et je dois dire que le pari est vraiment réussi, il suffit d’installer une extension sur son navigateur, de cliquer sur l’icône et de rentrer son pseudo et de le nom du salon de chat que l’on veut rejoindre. Tout le reste se fait tout seul, et l’ergonomie est franchement bien pensé, même le design est cool !

D’un point de vue technique c’est tout aussi intéressant, c’est une implémentation du protocole OTR – Off the record – 100% en Javascript ! Un vrai défi technique de faire de la crypto avec un langage aussi “flou”.

Comme tout projet crypto un peu sérieux c’est opensource, allez jeter un oeil sur le site , téléchargez l’extension et rejoignez nous sur la conversation Mutualab !

NB : Attention toutefois cryptocat ne masque pas votre identité, ni votre IP et c’est toujours une application en phase bétâ :)

Freelances contribuez au libre pendant vos temps morts

Dans la vie professionnelle de tout indépendant il y a des temps morts. Entre deux contrats, avant ou après avoir fait de la prospection commerciale, les moments où l’on est pas forcement débordé sont assez fréquents. Hors ce sont bien souvent ces temps là qui nous permettent de nous former, d’apprendre, de faire de la veille.

Freelances contribuez à l'opensource

Depuis quelques temps déjà j’essaye de consacrer ces temps morts à des projets opensource. Je ne le faisais pas forcement avant, mais clairement c’était une erreur pour plusieurs raisons :

Cela permet de faire de la veille active

Être développeur c’est être curieux, être capable de s’adapter aux nouvelles technologies et donc d’apprendre sans cesse. Alors, bien sur, on peut lire des tonnes de flux RSS mais la meilleure façon est encore de mettre les mains dans le code. “C’est en forgeant que l’on devient forgeron”.

Contribuer à des projets libre c’est donc se confronter à de nouveaux outils, à de nouvelles méthodes de travail mais dans une ambiance moins tendue que dans une relation client/prestataire classique. Cela peut être l’occasion de tester le framework de vos rêves de mettre les mains dans un nouveau langage etc… Le plus souvent vous êtes en plus épauler par les anciens de la communauté qui n’hésitent pas à vous donner un conseil, une astuce, une vraie aubaine quand on apprend une nouvelle techno !

Cela contribue à forger vos références et votre réputation

Mettre son temps libre à profit pour des projets opensource cela permet bien sur d’augmenter le nombre de ces compétences, de monter son expérience sur telle ou telle techno mais cela peut aussi faire une jolie référence à présenter à vos futurs clients. De plus, la réputation d’un développeur passant de plus en plus par son profil Github, contribuer à un projet Github libre, le forker, commiter faire des pull request fera monter votre activité sur le réseau social et permettra à vos clients, ou à d’éventuels recruteurs de vous trouver et de voir la qualité de votre code, vos compétences et votre implication.

Faire du libre c’est surtout aider des projets vraiment cools

Evidemment, et, à mon avis c’est le plus important contribuer au libre c’est aussi aider des projets qui en valent la peine. D’ailleurs à ce propos Github est un vrai vivier de petits projets super cools qui ont besoin d’un coup de main ! Je rappelle d’ailleurs que contribuer ce n’est pas forcement coder. En fait c’est bien souvent le reste qui fait défaut. Il y a souvent plus besoin de graphistes, d’ergonomes et de traducteurs que de développeurs. D’ailleurs contribuer ça peut tout simplement être de remonter les bugs.

Bref, la prochaine fois que vous avez un jour ou deux à tuer, sans activité réelle allez faire un tour sur Github, essayer de rencontrer les gens qui font les petits outils que vous utilisez ou tout simplement allez sur les trackeurs de bugs des géants de l’opensource – Mozilla par exemple facilite vraiment la tâche des ces futurs contributeurs – et traduisez, codez, designez, aidez vous verrez c’est beaucoup plus gratifiant, valorisant et plaisant que d’attendre les futurs clients !

 

La programmation objet en PHP

La programmation objet est un pilier du développement actuel. Tout les frameworks modernes sont basé sur ce principe, tout développeur se doit de connaître les bases de la POO et de les appliquer.

Mais bien souvent le client nous presse, on a pas envie de se compliquer la vie ou juste on voit pas l’intérêt de faire vraiment de l’objet. J’ai trouvé sur la chaine Youtube de M6 dédié à la technique une vidéo vraiment bien faite sur les best practices de la POO en PHP. Je n’ai pas résisté à vous la partager !

SketchFab: le Youtube de la 3D en WebGL

Je me rends compte que j’ai jamais parlé ici de Sketchfab, le service français qui monte. Le principe est simple: faire un outil qui permette d’afficher de la 3d dans vos articles de blog, sur votre site web aussi facilement qu’on le fait avec les vidéos Youtube.

Le tout sans plugin, juste un bout de code à copier coller et hop avoir sa dernière création qui s’affiche en 3D animée dans votre portfolio.

Sketchfab est une startup française, qui explose depuis les 6 derniers mois – étrangement depuis qu’ils sont portés par un accélérateur New Yorkais :) Pour le coté technique c’est beau, c’est du WebGL, probablement de l’OsgJS car un des créateurs de Sketchfab est Cédric Pinson le créateur du framework OsgJS.

Alors que pas mal de projet 3D, d’univers 3D sont entrain de mourir et qu’il n’y a plus que quelques irréductibles qui y croient toujours il est marrant de voir que la 3d est entrain de faire le tour et d’envahir le web.

Les perspectives d’usages sont immenses, mais ce sont les architectes et les imprimeurs 3D qui ont les premiers adoptés cette nouvelle façon d’enrichir le web.

 

Discover Sketchfab from Sketchfab on Vimeo.

WP-CLi un outil idéal pour maintenir votre site WordPress

En ce moment je suis entrain de monter une offre commerciale de maintenance dédiée aux sites WordPress. Les mises à jour sont bien souvent pas faites par le propriétaire du blog et cela entraine des failles de sécurité importantes. Mais le problème est toujours le même: on oublie, on à pas envie, pas le temps ou on est pas compétent pour le faire ou pour réparer en cas de casse…

Pour cette nouvelle activité je cherche les meilleurs outils pour pouvoir travailler vite et bien. Je suis tombé il y a peu de temps sur une perle : Wp-cli 

C’est un outil comme je les aimes, il ne fait qu’une seule chose mais il le fait bien. L’idée est simple : pouvoir administrer vos sites WordPress en ligne de commande. Particulièrement utile quand le nombre de site à maintenir se multiplie.

Pour l’installer rien de plus simple :

curl http://wp-cli.org/installer.sh | bash

Ensuite vous vous mettez à la racine de votre site WordPress et vous pouvez en une ligne de commande mettre à jour plugins & thèmes, en installer de nouveaux mais aussi créer/supprimer articles, commentaires et même le blog lui même. Par exemple pour installer un plugin :

wp plugin install hello-dolly

Et hop, le plugin est installé!

Indispensable, en tout moi je ne peux plus m’en passé !

http://wp-cli.org/

CoworkingLille déménage et à besoin de vous

mutualab

 

Cet été il va y avoir du changement dans le milieu du travail collaboratif Lillois. CoworkingLille est en pleine mutation, la sortie de la chrysalide est prévue au mois d’Aout.

Au programme un nouveau lieu, beaucoup plus grand, on passe de 150 à 700 m2 ! Cela va nous permettre de programmer des vrais événements, d’avoir des vraies salles de réunions, une jolie cuisine pour boire du café etc…

Après plus de deux ans dans nos locaux actuels il faut reconnaître que nous sommes à l’étroit, que l’état des locaux et leur visibilité ne nous permettent pas de mettre en place tout les projets que l’on veut.

Et au déménagement s’ajoute un changement structurel : CoworkingLille devient la fédération des espaces Lillois qui contiendra Mutualab + LaCoroutine. Et pour couronner le tout Mutualab sera lieu associé au réseau des Cantines !

Bref nous changeons d’échelle et cela fait plaisir, surtout pour un projet comme celui là qui ne repose que sur la volonté et le travail de notre communauté !

Si vous voulez participer à cette belle aventure nous avons lancé une opération de crowdfunding à cette adresse : http://fr.ulule.com/mutualab/

 

Lier automatiquement les pseudo Twitter dans vos pages et articles WordPress sans plugin

Petite astuce trouvée sur le net ce matin qu’il fallait que je vous partage. Je suis un gros utilisateur de Twitter, et j’essaye d’être un bloggeur régulier. Rien de plus naturel donc de vouloir lier les deux. J’ai essayé beaucoup de choses, des plugins, des widgets mais rien ne m’a jamais convaincu.

Plus j’avance dans ma pratique de WordPress et plus j’essaye de limiter au maximum le nombre de plugin et les widgets sont bien souvent ignorés par mes lecteurs – c’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai plus de sidebar sur mon thème !

Le lien le plus efficace que j’ai trouvé est de lier les pseudos twitter dans un post directement à leur compte. Avant j’utilisais un plugin, mais ça c’étais avant ! Une simple petite regex permet de faire ça très bien, il suffit d’ajouter les lignes suivantes dans votre functions.php :

function twtreplace($content) {
	$twtreplace = preg_replace('/([^a-zA-Z0-9-_&])@([0-9a-zA-Z_]+)/',"$1<a href="http://twitter.com/$2" target="_blank" rel="nofollow">@$2</a>",$content);
	return $twtreplace;
}

add_filter('the_content', 'twtreplace');   
add_filter('comment_text', 'twtreplace');

Et voilà, tous les @usernames seront reliés à leur compte Twitter !

Source

Cloud Party, maintenant avec un moteur physique et une vraie API

Cela fait longtemps que je n’était pas retourné sur Cloud Party, le clone en WebGL de SecondLife. Depuis son lancement en fait, en Juin 2012.

A l’époque j’avais été bluffé par la techno mais le monde était vide et il n’y avait pas de possibilité de scripter vraiment ni de vendre ses créations. Depuis beaucoup de choses ont changées. C’est d’ailleurs une news qui m’a fait revenir dans ce monde virtuel.

En effet CloudParty embarque depuis peu un vrai moteur 3D avec des propriétés physiques :

Autre caractéristiques importantes, CloudParty met à disposition une API qui permet de faire beaucoup choses, notamment, des requêtes HTTP vers l’extérieur.

CloudParty est entrain, petit à petit, de porter les mondes virtuels dans le navigateur. Avec des technos vraiment innovantes, WebGL, Node.JS, les websockets etc… Je le vois vraiment comme une version 2 de SecondLife, Cory Ondrejka, le co-créateur de SecondLife maintenant CTO chez cloudparty, n’y est pas étranger. Depuis le temps que l’on parle d’un client léger, d’un langage de script à peu près propre et d’une base utilisateur potentielle importante, CloudParty à bien l’air de vouloir combler tous ces vides.

Je n’ai toutefois pas encore vu d’initiatives professionelle dans CloudParty mais cela devrait pas trop tarder.

Installer node.js sur Debian Squeeze avec un gestionnaire de version

J’ai fait il y a peu de temps un article sur comment avoir une version de node.js à jour sur Ubuntu, cette fois c’est un serveur Debian 6 que je dois configurer, du coup je ne peux pas passer par l’astuce PPA comme sur Ubuntu.

Alors, bien sur, il y a la solution de la compilation mais bon je suis pas hyper fan… D’autant qu’il existe pour Node.js un petit script qui permet de gérer les versions utilisées de la même façon que RVM pour Ruby. Il s’agit de NVM, ils ne se sont pas vraiment foulés sur le nom !

Pour l’installer rien de plus simple :

curl https://raw.github.com/creationix/nvm/master/install.sh | sh

Ensuite on installe la version de node désirée avec la commande :

nvm install 0.10
nvm use 0.10

NVM va aller chercher la version voulue l’installer et la configurer comme version par défaut. Vous pouvez ensuite changer de version par projets.

Toute la documentation et le code est disponible sur Github.

Pourquoi vous devriez utiliser WebGL

Depuis que je travaille comme consultant et développeur dans le monde de la 3D je suis confronté à des débats sur les technos. Cela à commencé avec SecondLife, Opensim puis Unity3d, WebGL, Flash etc …
Avec des arguments plus ou moins bien choisi, mais il y a toujours cette problématique du choix de technos. Je vais essayer de vous convaincre, dans ce billet, de tester WebGL.
WebGL logo

WebG quoi ?

WebGL est une implementation d’OpenGL en javascript qui permet d’afficher de la 3d dans les navigateurs sans plugins.
C’est en fait une API qui permet au Web de “parler” à votre carte graphique et d’afficher de la 3D.
Les navigateurs qui supportent cette techno sont:
  • Chrome (desktop & mobile)
  • Firefox (desktop & mobile)
  • Safari ( sauf sur iOS)
  • Opéra (sauf iOS)
  • Blackberry browser

A noter qu’internet explorer 11 devrait supporter WebGL, c’est du moins les rumeurs qui courent sur Twitter. Autrement dit, à part iOS qui fait le blocus, vous pouvez afficher du WebGL à peu près partout pour peu que vous ayez un  ordinateur potable, avec un navigateur mis à jour ou une tablette Android.

Si on en crois le site webglstats, à l’heure actuelle près de 70% des internautes peuvent afficher du WebGL.

Comment ça marche ?

WebGL s’affiche à l’intérieur de la nouvelle balise HTML5 appelée canvas, une fois cette balise créée il suffit de lui attribuer du le contexte qui va bien

var gl = canvas.getContext('experimental-webgl');

Et, hop vous avez un carré de WebGL, le reste c’est du javascript et des shaders.

Il y a également de nombreux frameworks pour faciliter le travail, mon préféré étant Three.js.

 

Si c’est si facile pourquoi c’est aussi peu utilisé ?

Aah, la fameuse question ! Premièrement c’est utilisé un peu partout sans forcement le savoir, WebGL est utilisé par Google Street View par exemple. dans de plus en plus d’application de prévisualisation 3D, github vient d’annoncer un “STL file viewing” supporté par du WebGL, sans oublier CouldParty, clone de SecondLife entièrement en WebGL et intégré à Facebook.

Ensuite, il faut le dire, les dernières années ont été des années de développement. WebGL n’était pas forcement stable, à fait face à des soucis de sécurité assez important et les performances n’étaient pas non plus au rendez vous.

Mais les choses changent vite, l’API est passé en version 1.0 il y a quelques semaines et, pour ce qui est des performances, Mozilla à sorti la semaine dernière un portage du moteur de jeu unreal Tournament dans le navigateur en WebGl, qui contredit vraiment les critiques sur la performance de la techno !

Quels sont les concurents ?

Unity3D

C’est à mon avis le concurrent le plus sérieux, Unity est un logiciel propriétaire dédié à la création de jeux vidéos. Les jeux crées sont exportablent vers consoles, mobiles, ou vers le web via un plugin.

L’outil est vraiment efficace et permet de créer facilement des scènes 3D de jeu. Si le web n’est pas votre cible principale ou si vous voulez des jeux extrêmement complexes, foncez c’est la techno qu’il vous faut!

Flash Stage 3D

Si je voulais troller un peu je dirais que Flash n’est pas vraiment une techno d’avenir et que ça devrait suffire pour vous convaincre !

Pour être un peu plus objectif, Stage 3d n’a pas l’air vraiment documenté, demande l’installation de Flash – même si c’est standard sur la plupart des plateformes – et ne tourne pas sur mobile. Vous pouvez toujours compiler votre code en appli native, mais on sort du champs d’application de WebGL, tout comme les applis natives générées par Unity.

Silverlight 3D

C’était une idée de Microsoft, même si la firme n’a pas apporté beaucop de soutient à Silverlight et encore moins à Silverlight 3D. Honnêtement, je ne vois pas d’avenir pour cette techno, en tout cas rien qui justifie une investissement conséquent.

 Qui m’aime me suive !

Pour moi tout est réuni pour que l’on assiste dans les prochains mois à une effervescence de projets WebGL. Cette techno, encore confidentielle est entrain d’émerger, et l’implémentation sur IE11 devrait aider encore plus son essor.

Je vois de plus en plus de projets qui sortent, Sketchfab est un bon exemple de projet WebgL qui marche. Alors pas forcement sur des jeux complexes, sur des mondes virtuels mais dans un premier temps pour tout ce qui est data-visualisation, démos produits, visite virtuelle, je crois vraiment que le WebGL à sa carte à jouer.

C’est d’ailleurs pour cette raison que je me replonge, tête la première, et avec plaisir dans cette techno. Vous venez ?

Older posts Newer posts

© 2019 AngeZanetti.com

Theme by Anders NorenUp ↑