AngeZanetti.com

Internet et ses usages, développement Web et humeurs diverses

Category: Uncategorized

Conférence de Zuckerberg à voir!

Je suis tombé sur cette vidéo Facebook cet après midi. Dans un groupe orienté entreprenariat, je l’ai ouvert pour voir. J’ai pas réussi à la refermer, et elle dure 30 minutes.

Zuck nous parle de sa vision, de comment des gens comme lui essaye de changer le monde et quels sont ces objectifs pour notre société.

Ca fait d’ailleurs écho à un billet qui doit toujours être dans mes brouillons et qui s’appelait pompeusement “Les entrepreneurs changent le monde”, ce gars là en fait partie. Et il va plutôt dans le bon sens.

Enjoy

De retour, en attendant les visas

Je me rends compte que je n’ai jamais posté ici un retour d’expérience sur mes 3 mois dans la Silicon Valley; il y a même pas mal de personnes qui pensent que j’y suis toujours. Je profite de ce week-end prolongé pour vous faire un post !

TheRefiners

Nous sommes rentrés fin 2016, après 3 mois dans l’accélérateur TheRefiners. J’ai passé trois mois super motivant, le milieu startup est vraiment 1000 fois plus dynamique et motivant que celui du salariat!

Au programme de ces 3 mois, la moitié en mode “reset” pour s’acculturer aux codes de la Valley et l’autre partie plutôt orientée networking/business/levée de fonds.

Je vais pas rentrer dans le détail ici mais l’expérience fut concluante pour nous et super enrichissante

Le retour & les visas

Depuis nous sommes de retour à Croix pour préparer la suite; mettre en place la stratégie et surtout nous sommes en pleins dans les démarches pour le visa E2 – visa entreprise.

Et c’est globalement la galère, ultra long… Nous devons créer l’entreprise US, le compte bancaire, créer des mouvements sur le compte AVANT d’arriver, embaucher des américains AVANT d’arriver, faire un business plan sur 5 ans pour prouver que nous allons rapporter suffisamment à l’économie US etc…

C’est long, très long, mais on voit le bout. Après presque 6 mois notre dossier est quasi fini et nous devrions repartir dans la prochaines semaines (sauf si l’administration US en décide autrement). Mais ça vaut le coup l’aventure sera à la hauteur des galères du moment je pense !

Stay tuned !

Je suis à San Francisco !

Plusieurs mois après le billet qui l’annonçait, ça y est j’y suis ! Je suis à San Francisco, dans la Silicon Valley pour tester notre produit sur le marché US ! Nous sommes dans un accélérateur  TheRefiners, ils nous aident à faire grossir notre réseau ici et à nous adapter aux moeurs américains!

Cela fait un bien fou de se retrouver dans une ambiance d’entrepreneurs, des gens motivés par leurs projets qui sont là pour avancer. Et c’est vraiment le bon endroit pour faire ça.

Pour tout vous dire, je n’y croyais pas vraiment avant d’arriver, au mythe de la Silicon Valley. Mais je dois admettre que c’est vrai. Il y a ici une ambiance et surtout une telle densité d’entrepreneurs, de start-ups et d’investisseurs que c’est probablement le meilleur endroit pour monter une boite dans la tech. Clairement.

Nous sommes là pour 3 mois, cela fait 3 semaines que nous sommes arrivés et nous avons déjà tellement appris: les différences culturelles (qui sont assez nombreuses finalement cf mon poste sur le blog corporate), comment se vendre, faire un deck, comment recruter,…

L’accélérateur embarque 12 startups pour sa première “fleet“. Les projets sont tous différents, mais tous on un vrai truc à apporter.

En deux mots tout va bien :) En espérant que l’essai se transforme, je partirai bien en expat’ ici, il fait bon vivre de ce côté de l’atlantique !

 

Je pars monter une boîte aux US !

Sellsecure USA

Cela fait plus de deux ans que je bosse chez Sellsecure, quand je suis arrivé il fallait tout changer, ou presque. 30 mois plus tard nous avons changé de méthodes de travail, mis en place des revues de code systématique, nous utilisons Git, il y a des tests plus ou moins automatisés sur les projets et surtout nous avons refondu quasiment 100 % des appplicatifs.

Tout le vieux PHP legacy a disparu, et à été remplacé par du Symfony2. J’ai aussi refait tout l’architecture du SI pour être scallable et plus résilient. Tout n’est pas fini mais nous ne sommes plus dans la phase de refonte active, plutôt dans du run. Et le run c’est pas vraiment mon truc.

Du coup quand Robert, le DG de SellSecure à évoqué un projet aux USA j’ai levé la main. Parce que j’aime les défis, j’ai bien envie de bouger et parce que je suis un peu naif aussi.

Et le temps faisant, le projet qui était surtout un rêve au départ devient de plus en plus concret. Valentin Auvinet à été embauché pour partir avec moi, nous sommes en plein dans l’étude de marché US et dans la réflexion sur comment/pourquoi/avec qui monter une filiale de SellSecure aux USA.

Nous partageons d’ailleurs notre quotidien sur ce blog: https://medium.com/@Sellsecure_USA

L’idée est de partir 3 mois pour mettre en pratique le Lean Startup, savoir rapidement si le succès de Sellsecure est transposable aux USA. Ces trois devraient se dérouler fin 2016. Et si le retour est bon nous faisons nos valises aux alentours de mi 2017 pour la Silicon Valley avec pour objectif de monter et faire grossir un “fork” de Sellsecure aux USA !!!!

How cool !

Entrepreneur salarié, 3 ans après

Il y a 3 ans maintenant je suis passé d’autoentrepreneur à entrepreneur salarié, au sein de grandsensemble. J’en avais parlé rapidement sur ce post, mais rien de précis.

Trois ans après, je suis toujours sous ce statut. Cela m’a beaucoup aidé sur pleins de choses, et même si je suis toujours à la recherche du statut idéal je pense que celui d’entrepreneur salarié me convient pas trop mal.

Du coup, j’ai pensé que ça pourrait toujours être utile de faire un post sur cette solution de création d’entreprise assez peu connue.

L’argent

On va commencer par le nerf de la guerre. Le statut de salarié coûte extrêmement cher. En gros, plus de la moitié de ce que je facture tombe dans les mains des différents caisses, taxes et autres impôts.

Oui, 50% !

C’est énorme, mais j’ai fais le calcul pour comparer à une SARL/ SAS et la différence n’est pas énorme (de l’ordre de 5% du CA / an dans mon cas). Il faudrait affiner plus mais j’ai l’impression que les 5% valent largement les avantages que je vais vous décrire ensuite.

Le régime social

L’avantage principal de ce statut c’est que suis salarié, au régime général, comme tout le monde. J’ai signé il y a trois an un CDI chez GrandsEnsemble comme développeur Web, j’ai un salaire qui tombe tous les mois (toujours le même j’en reparlerai), une mutuelle d’entreprise, un (petit) CE etc…

Et ça change la vie !

En fait, c’est tout con mais je rentre dans les cases de MrToutLeMonde:

  • J’ai une carte Vitale, en AE j’ai passé plusieurs années sans réussir à en avoir une via le RSI – et, à en croire mon entourage je ne suis pas le seul.
  • Je paye mes impôts simplement, tout est prérempli
  • Les banquiers ne me crachent pas dessus, les loueurs non plus
  • Et, si ça n’explose pas en vol, j’aurai droit à une retraite et à du chômage

Bref, être salarié c’est vachement plus simple pour la vie de tous les jours. Je ne dis pas que c’est impossible d’être entrepreneur juste que pour tout un tas de petites raisons c’est pénible. Simplement parce que le statut est méconnu et mal géré.

Le salaire

Avoir un salaire fixe quand on travaille comme indépendant ça peut paraître bizarre, surtout quand on a une activité en dents de scies.

Mais ça a été super salvateur pour moi. Je m’explique.

Pour fixer ton salaire, la coopérative prends tes revenus sur une longue période (entre 3 et 6 mois suivant les activités), enlève 50% de charges et garde de la trésorerie pour palier les trous d’activités. Ensuite tu divises par le nombre de mois et hop tu as ton salaire.

Par exemple, sur 3 mois j’ai rentré 6000€ HT de facture, soit 3000€ sans les charges, je garde 1000€ de treso, il me reste 2000€ / 3 soit ~660€/mois.

Ça été salvateur parce que ça permet de savoir vraiment combien tu gagnes avec ton activité, c’est tout bête mais tu peux te comparer facilement avec n’importe qui et surtout ça évite les sensations en dents de scie ou tu es hyper content de facturer 6000€ au mois de Janvier, mais tu ne rentres rien en Février ni Mars en te disant: “Boarf, j’ai fais un belle facture en Janvier c’est bon”

J’avais tendance à raisonner comme ça en AE, en CAE tu comprends vite que 600€ de salaire pour bosser tous les jours (et le week end souvent) c’est pas viable du tout. Ça permet d’avoir un œil raisonnable sur son activité et de faire de choix en fonction.

Ce système de lissage du salaire permet aussi de gérer beaucoup plus facilement sa vie perso, le même salaire tombe tous les mois ( que tu bosses ou pas d’ailleurs)

Ce système de lissage à des avantages mais il a aussi des inconvénients, il faut du temps pour monter en salaire et chaque augmentation doit faire l’objet d’un avenant au contrat de travail.

L’accompagnement

Je dois dire que cet aspect de la CAE n’a pas été le plus important pour moi, mon activité était déjà lancée depuis plusieurs années lors de mon passage en CAE mais pour un entrepreneur débutant c’est un plus indéniable de ne pas se retrouver tout seul.

Et pour les personnes qui, comme moi, ont du mal à être rigoureux avec la comptabilité c’est toujours bien d’avoir quelqu’un qui gère le tout et qui vous aide à prendre des décisions !

La suite

Logiquement une CAE est un tremplin, une façon de tester une activité sur deux ans, même s’il est possible d’y rester plus longtemps. Cela fait maintenant presque une année que je cherche une solution pour prendre le relais mais je n’ai toujours pas sauté le pas.

D’abord parce que ce statut me plaît, ensuite parce que je n’ai pas envie de monter ma boite tout seul (pour pleins de raisons administratives, financières et personnelles) et que le confort du salarié est difficile à laisser partir !

Voilà pour ce petit retour d’expérience sur mon statut juridique, si vous avez des remarques, des questions ou des insultes n’hésitez pas à commenté ce billet ou à me joindre sur Twitter.

 

 

Fuite mémoire avec curl et NSS sous RedHat

Depuis plusieurs mois je travaille pour une startup qui fait de la lutte contre la fraude. En deux mots, les clients nous envoient des flux XML et nous leur renvoyons note correspondant à l’indice de confiance de la transaction.

Et, début Janvier nous avons intégré un GROS client. Du genre à faire pâlir les sysadmin. Cela nous à forcer à reconstruire une partie du code, à revoir l’architecture de l’application (qui est au passage devenue une application symfony2).

Le problème à été de faire communiquer la nouvelle partie avec l’ancienne, et comme nous sommes en PHP, ben nous avons opté pour Curl.

Pour chaque score demandé nous avons donc un appel CURL du nouveau code vers l’ancien. Rien d’inquiétant, cela fait partie de l’habituel en PHP.

Sauf que là :

 

Une belle grosse fuite mémoire, entre chaque restart Apache pas moyen de savoir où partait la mémoire. Nous avons d’abord accusé Symfony, l’ORM à assez mauvaise réputation avec des dæmons et Doctrine avoue ne pas être taillée pour absorber de la charge.

J’ai donc mis en place les fix nécessaires: forcer le garbage collector, désallouer la mémoire des objets inutilisés mais rien n’y faisait.

J’ai ensuite testé de lancer mes commandes en –no-debug, de virer les logs mais pas mieux, ma mémoire disparaissait toujours dans les méandres de mon système…

Toute ma RAM foutait le camp, de manière pernicieuse, petit à petit, Mo par Mo jusqu’à arriver à la limite du système, aux alentours du Go de libre – NB: le serveur n’avait pas l’air de souffrir par ailleurs, l’application ne ralentissait pas outre mesure…  

NSS Softoken

Finalement c’est le sysadmin qui à trouvé l’origine, en farfouillant sur le web. Je lui avais parlé peu de temps avant d’une histoire de fuites mémoire dans le CURL, vaguement, j’avais rien pigé à l’article. Il est retombé dessus quelques jours plus tard, et BIM, révélation! Notre fuite mémoire était en fait dû à une faille système, une sombre histoire de NSS (Network Security Services), qui est utilisée par libcurl et qui faisait du cache là où elle ne devrait pas.  C’est assez bas niveau, mais c’est un bug connu sur la version 3.16.0. C’est la version actuelle sur RedHat… Si vous voulez plus de détail je vous invite à lire cet article qui est la source de nos modifications : https://www.splyt.com/blog/2014-05-16-optimizing-aws-nss-softoken

Le fix est assez simple, il suffit d’ajouter une ligne dans la conf’ Apache:

# execute these commands as ‘root’ echo “export NSS_SDB_USE_CACHE=YES” >> /etc/sysconfig/httpd service httpd restart

Et voilà, comment retrouver le sourire et plusieurs Go de RAM ! 

© 2017 AngeZanetti.com

Theme by Anders NorenUp ↑