Il  y a quelques jours je publiai sur ce blog un post qui n’était pas vraiment tendre avec les “médias de masses ni avec l’experte invitée pour l’occasion”. C’est qu’on appelle une “gueulante” inspirée de beaucoup par le post de Pierre Olivier Carles.
Bon je n’y allait pas de main morte, mais cela reflète complètement le fond de ma pensée. Comme j’aime pas trop hurler dans le vide j’ai envoyé un mail à Mme Sophie Girieud, trouvée sur FaceBook. Ce mail contenait rien d’autre qu’un lien vers mon post précédé de la mention : “Pourquoi s’acharner à détruire en 4 minutes ce que nous mettons des années à construire?” Histoire de la mettre un peu devant ma vision des choses, ma colère, mon idignation. En esperant qu’elle lise mes arguments et comprennent pourquoi elle nous avait blessé et déçu.

Ce matin j’avais  une réponse de cette experte qui me parait important de publier ici :

“Je reconnais que je dois faire mon mea culpa à propos de cette interview : je me suis laissée emportée par l’idée directrice de l’entretien et j’ai dressé un argumentaire à charge contre Second Life qui s’est avéré caricatural.
Je comprends donc tout à fait votre indignation et vous assure que je n’ai pas intentionnellement cherché à “détruire” votre travail ni d’ailleurs celui des autres membres de SL.”

Merci beaucoup de m’avoir répondu. Mais, de grâce, la prochaine fois que l’on vouis contacte pour une interviex sur les mondes virtuels transmettez les coordonnées d’un “vrai” expert. Je suis sûr qu’avec toutes les critiques que vous avez reçu vous en connaissez plein désormais.

Il est marrant de remarquer qu’à quelques jours d’intervalle BFM diffusait son interview assassinant SL et que Game One publiait ce reportage qui explique beaucoup mieux au grand public ce que sont les mondes virtuels.
Comme quoi d’un coté comme de l’autre il ne faut pas diaboliser mais plutôt essayer de comprendre…