Je n’ai qu’un seul client et il s’appelle Coworking

L’année 2013 touche à sa fin et je fais le bilan de mon activité. Durant ce bilan, je me suis rendu compte d’un fait marquant: 100 % de mon chiffre d’affaire de freelance provient du CoworkingLille.

100%!

Tous les clients avec lesquels j’ai travaillés en 2013 sont des coworkers Lillois ou ce sont des clients qui ont été orientés vers moi par ce réseau.

J’ai d’ailleurs presque arrêté de faire des articles sur mon blog – qui me ramenait pas mal de clients jadis. Je ne fais pas de démarchage, sauf peut être un peu de “community-management” sur Twitter.

A la place je me contente d’être là, ou plutôt la bas, tous les jours ou presque. Et pas pour ramener des clients, non. J’aime juste être la bas, on y apprends beaucoup, on monte des projets sympas, on boit des bières et je travaille bien mieux que si j’étais chez moi.

C’est magique. Tout simplement. Alors que l’on a toujours du mal à trouver un business model pour les Coworkings. Du malà faire de ses lieux d’échanges des lieux économiquement viables sans être sous perfusion des acteurs publics, les retombées pour les membres sont assez hallucinant : 100% du CA !

Alimenter l’éco-système

Plus je réfléchi, plus je débat avec mes copains du Mutualab sur les différentes possibilités de financer notre lieu et plus je suis convaincu que les seules vraies solutions sont dans tout ce qui alimente la machine: monter des projets qui créer de l’activité pour les membres, qui à leur tour monteront des projets qui créeront de l’activité etc, etc…  Cela marche, j’en suis un exemple vivant -et je ne suis pas seul – et c’est probablement la seule solution viable dans le temps.

Après, c’est comme partout il faut trouver l’énergie et l’argent pour lancer la machine !